• Etraînement n°1

    Pour ce premier entraînement, j'aimerais que vous vous concentriez sur le développement. Bien sûr, la conjugaison et l'orthographe sont aussi importants, mais je penses qu'il ne faut pas commencer trop difficile dès le début.

    Pour cette fois-ci, je ne vous impose pas de temps, ni de règles bien précises, juste un thème sur lequel vous baser.

    Pensez bien à décrire l'environnement, les émotions, les odeurs... tout ce qui peut vous paraître important pour le thème qui suit, sans pour autant le rendre débordant d'information. Tentez de ne pas être maladroits, rendez votre écrit vivant et intrigant. Donnez envie de lire à vos lecteurs !

     

    Je vous propose donc le thème suivant :

    Dans les rues d'une ville, par une nuit orageuse.

     

    À vos stylos !


  • Commentaires

    1
    Samedi 31 Décembre 2016 à 09:36

    Je vais prendre mon stylo tout de suite (ou mon clavier xP), mais avant, je te remercie Sasha d'avoir accepter ma demande ^-^ !

      • Samedi 31 Décembre 2016 à 09:45

        C'est moi qui te remercie ! ^^ Pour l'instant, l'article n'apparaît pas sur mon menu, j'ai un petit soucis x)

    2
    Samedi 31 Décembre 2016 à 12:05

    Maîtresse, j'aurais un bon point avec un smiley vert si je réussis?/pan/

      • Dimanche 1er Janvier à 09:02

        Haha pourquoi pas cher petit Mad !

    3
    Dimanche 1er Janvier à 10:10

    OooohMerci.

      • Dimanche 1er Janvier à 10:37

        Mais de rien ! x)

    4
    Mardi 17 Janvier à 10:55

    Bon, je me lance la première :

    Le tonnerre résonna encore plus fort que la fois dernière, déchirant le ciel, faisant trembler les murs de sa longue plainte effrayante.

    Et moi, j'étais là, tout seul dans ce lit trop grand, recouvert de cette immense couette en attendant que maman rentre. Elle était en retard aujourd'hui, et pourtant elle n'était pas sans savoir la peur que m'inspirait le moindre orage. Je savais bien que j'étais bien assez grand pour garder la maison tout seul, mais en cet instant, j'aurais tout donné pour avoir la baby-sitter avec moi. Même mon petit camion rouge tout neuf.

    Mais j'étais désespérément seul.

    Au loin, une porte claqua, et je n'eus besoin que d'une seconde pour me retrouver sur mes jambes tremblantes, affrontant un léger vertige qui m'attaqua suite à ce mouvement trop vif, je m'élançais dans le couloir et dévalais les deux petites marches qui me séparaient du salon.

    - Maman ?

    Aucune réponse. Il n'y avait personne. La porte qui avait claqué n'était malheureusement pas celle de l'appartement.

    Peut-être était-ce celle de l'entrée de l'immeuble ?

    Heureux et plein d'espoir, j'ouvris la lourde porte qui me séparait du palier et jetais un coup d’œil dans les escaliers.

    - Maman ?

    Ma voix résonna étrangement dans le silence de l'immeuble, et j'osais enfin faire un pas de plus pour avoir d'avantage de visibilité. Encore un, et je pus me pencher sur la rampe d'escalier pour voir le palier du dessous. Un bruit dans mon dos me fit sursauter, et je me retournais vivement.

    - Oh non, pas ça !

    Ma main appuya sur la poignée de la porte dans une vaine tentative de l'ouvrir, mais la sécurité s'était enclenchée, elle était fermée. Je fouillais les poches de mon pyjama par réflexe, même si je savais déjà qu'aucune clé ne s'y trouvait.

    J'étais petit, seul et sans défense.

    Je n'avais plus qu'à aller chercher maman.

    Je descendis calmement les escaliers, étouffant un petit cri lorsque le tonnerre refit des siennes. Mes pas raisonnaient à chaque fois que je touchais le sol, et je me concentrai sur ce bruit pour me calmer. Et bientôt, je me retrouvais devant la grande porte de hêtre vernie.

    L'ouvrir me parut difficile, tout d'abord parce que je devais me hisser sur la pointe des pieds pour atteindre la poignée, et ensuite parce qu'elle était lourde et qu'il m'était difficile de la tirer. Mais finalement, il ne me fallut que deux petites minutes pour me glisser à l'extérieur.

    L'air était lourd, il faisait tellement chaud que je n'eus pas de mal à deviner que la pluie menaçait de tomber. Et en effet, lorsque je fus à découvert, je sentis quelques gouttes tomber le long de mon cou, me faisant frisonner.

    De l'extérieur, le tonnerre me parut encore plus effrayant, encore plus vrombissant, et je dus prendre mon courage à deux mains pour m'élancer dans une des nombreuses ruelle de la ville. Au début, je n'avais pas tant peur que ça, mais plus je m'éloignais de la maison, plus mes pas perdaient en assurance. J'essayais d'ignorer les tremblements de mon corps en passant devant un homme de grande taille qui me regardait de son regard noir perçant, mais je ne pus m'empêcher d’accélérer un peu plus en remarquant que cette rue n'était pas très fréquentée.

    La pluie tomba de plus en plus fort, s'échouant sur mon pyjama peu épais, et me trempant au fil du temps. J'étais encore trop jeune pour avoir la jugeote de me mettre à l'abris.

    Les minutes s'écoulèrent, et ma confiance en moi s'effrita. Dans le noir, j'avais du mal à reconnaître les endroits devant lesquels je passais, et je ne savais plus trop où ce bar se trouvait. Mais finalement, la grande enseigne de celui-ci m'apparut, et c'est en courant que je terminais mon chemin.

    La porte était ouverte, mais il y avait tellement de gens que je n'arrivais pas à distinguer sa silhouette. La musique résonnait fortement, alors l'appeler ne me servit à rien, puisque personne ne m'entendait. Je fus obligée de pousser les gens pour me faufiler entre eux, et certains grognèrent leur désaccord face à mes manières. Soudainement, une poigne ferme m'agrippa le bras. C'était celle d'un homme costaud et chauve qui faisait peur.

    - Eh p'tit, t'a pas l'âge pour être ici !

    - Je cherche ma maman, répondis-je doucement.

    Je ne sais pas par quel miracle il m'entendit, mais en tout cas, il sembla prêt à me laisser vagabonder dans ce lieu qui sentait fort mauvais.

    - T'es dégoulinant, tu vas tout salir !

    Je baissais les yeux sur mon pyjama gorgé d'eau de pluie, et remarquais qu'effectivement, une flaque d'eau s'étendait sur le planché.

    Haussant les épaules, je signifiais mon ignorance sur cette importance à l'homme, et regardais les gens qui se tenaient dans son dos, à la recherche d'une silhouette connue.

    - Elle s'appelle comment ta maman ?

    - Ben... Maman.

    Soupirant, l'homme me traîna vers  le bar avec brusquerie et me fit monter dessus. Mon cœur battait tellement vite que j'avais peur qu'il ne l'entende et se moque de moi.

    - Est ce que tu la vois ?

    Mon regard parcourut la foule, certains dansaient, d'autres buvaient, et d'autre encore fumaient des cigarettes à drôles d'odeur, et enfin, au fond de la salle, j'aperçus cette chevelure rousse que j'aimais tant. Je gigotais, mal à l'aise sur cette hauteur, puis sautais à terre sous le regard incrédule de l'homme chauve. Ensuite, je m'élançais dans sa direction, criant mille fois le mot ''maman'', puis me jetais sur ses genoux sans aucune délicatesse.

    - Maman !

    Elle était tellement surprise qu'elle ne prononça pas un mot. Elle n'était même pas fâchée que j'ai quitté la maison. Elle sentait l'alcool et le tabac, mais cela m'importa peu. Je me blottissais dans ses bras, profitant de sa main qui caressait mes cheveux.

    Je l'avais enfin retrouvé.

     

    A qui le tour ?

      • Mardi 17 Janvier à 16:51

        Whoah! C'est une superbe description ! J'avais commencé à écrire un peu, mais bon il faut dire que j'ai encore beaucoup de travail à faire xP

      • Mardi 17 Janvier à 16:59

        Merci ! Prends ton temps, mais je peux te dire que j'ai hâte de te lire ! ^^

      • Mardi 17 Janvier à 19:57

        Je vais faire de mon mieux alors xP

      • Lundi 23 Janvier à 20:40

        Loto, à qui le tour ?! Haha !

        En fait, je trouve dommage d'avoir écris à la première personne en en m^^eme temps je comprends ton choix. Faire ressortir cette peur à la troisième personne n'aurait pas été aussi facile, aussi bien perçut pour les lecteurs. Mais... Il paraît si jeune, que certaines fois, les tournures de phrases détonnent. On sent ta sagesse, ta maturité dans tes mots, et cet enfant si petit qu'il doit se hisser sur la pointe de ses pieds pour ouvrir la porte, ou trop jeune encore pour que "maman" s'appelle autrement que "maman" a des phrases trop bizarres.

        Mais sinon, j'aime beaucoup :D !!

      • Lundi 23 Janvier à 21:12

        Haha je comprends totalement ce que tu veux dire. J'ai hésité avant de choisir le point de vue interne de l'enfant, c"est vrai que je ne me suis pas suffisamment plongée dans son bas âge. Sur le coup, je m'en suis pas rendu compte après une longue heure d'écriture,  mais maintenant que tu le dis et en prenant du recul c"est vrai que ce n'est plus si génial x)

        Enfin, c'est le principe d'un entraînement ! Merci pour ton avis et ta sincérité !  ^^

      • Lundi 23 Janvier à 21:17

        Oui, c'est le principe de l'entrainement et c'est pour ça que je t'ai dis ça comme ça ! ^-^ !! Parce que je sais que j'aurais aimé qu'on me le dise ! C'est sur ces petits entrainements qu'on se rend compte de certaines choses et que du coup on y fait attention après ~ !

      • Mardi 24 Janvier à 08:50

        Tu as raison ! ^^ J'aime bien qu'on me le dise aussi ça permet de s'améliorer ensuite !

    5
    Dimanche 26 Février à 13:24

    J'ai fini ma description, c'est pas fameux mais je compte sur votre avis pour me mettre sur la bonne voie ^-^ J'ai surtout l'impression que ma description est lourde et pas assez fluide :/

     

    « Dans les rues d'une ville, par une nuit orageuse »

    Les nuages imposants recouvrèrent la lune devenue invisible. Une fine pluie fit son apparition et s'écrasa sur les pavés froids de Vifian. Vifian, un ville majestueuse par son commerce actif, se retrouvait maintenant sous l'emprise de la pluie. Bientôt, les fines gouttes grossirent et le ciel laissa retentir un grognement : un orage se préparait. Les maisons, serrées les unes contre les autres, restaient calmes, visiblement pas perturbées par le temps menaçant. Toute les lumières étaient éteintes hormis les réverbères flamboyants qui répétaient leur mission chaque nuit.

     

    Plus personne n'osait arpenter les rues sombres nocturnes. Néanmoins, des pas discrets marchaient sur la grande avenue. Parapluie noir, une grande cape noire, chapeau melon noir, le jeune homme ne manquait pas de courage à s'aventurer une nuit orageuse. Il tourna à droite et traversa une rue étroite qui déboucha sur la grande avenue de Vifian. Il inspira un bon coup, humant l'air humide avant de continuer sa marche, en faisant attention à ne pas trébucher face au frottement de ses chaussures au sol glissant. Il passa devant trois somptueuses maisons de marbre puis s'arrêta devant une maison semblable aux précédentes, néanmoins d'un jaune plus vif. Il attrapa une lettre qui logeait dans sa veste et la mit dans une petite boîte au lettre. La pluie s'affola, un éclair jaillit et effraya le jeune homme qui reprit son trajet à la hâte.

      • Dimanche 26 Février à 14:12

        Pour la description, utilise l'imparfait "les nuages imposants recouvraient" mais je pense que tu devrais plutôt la tourner dans ce sens "D'imposants nuages recouvraient la lune devenue invisible". Je dirais également "Une pluie fine fit son apparition".

        Ton impression que la description est lourde vient de la présence nombreuse de mots "compliqués" dans presque chacune de tes phrases. Et cela surtout dans la première partie de ton texte.

        La deuxième est très bien, la fluidité est là, et l'intrigue aussi. Ça donne envie d'en savoir plus sur cet homme mystérieux. Attention à la répétition du mot "noir" dans la description de ce dernier. Peut être devrait tu dire "tout de noir vêtu" ou quelque chose comme ça.

        "Vifian" j'aime bien ! Ça fait penser à Vivifiant ! ^^

        Après une deuxième relecture finalement, ton texte ne me paraît pas si lourd à moi ! La description est bien dans ce texte, mais n'oublie pas de donner une âme à ton texte. Il y a une histoire dans le tiens, un peu de mouvement, mais il manque quelque chose. Une dose de magie comme tu sais si bien les faire par exemple ;) un peu de fantastique dans une ville qui paraît un peu sombre et trop ordinaire.

        Mais c'est un bon début ! Continues comme ça ! ♡

    6
    Dimanche 26 Février à 14:45

    D'accord je comprends mieux maintenant ^-^

    Merci pour ton avis !! Je vais retravailler ce texte x)

      • Dimanche 26 Février à 16:19

        Oh mais de rien ! Merci à toi d'avoir participé ! ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :