• Fernande

    Fernande, je ne t'ai jamais connu, et pourtant à travers la mémoire de ceux qui me parlent de toi, j'ai l'impression de t'imaginer.

    Fernande, une maman qui lavait ses tasses dans l'eau où bouillaient les couches des enfants.

    Fernande, qui faisait sécher les couches culottes de ces bébés devant la cheminée.

    Fernande, qui avait tant d'amour qu'elle n'en voulait jamais à personne.

    Une femme qui avait tout à donner.

    Fernande, qui te recevait avec un bon dîner, mais il ne fallait pas regarder si tout était propre. Avec elle, tu te régalais, parce qu'elle savait très bien cuisiner.

    Fernande, qui aimait beaucoup tricoter, et parler avec tout le monde.

    Fernande, qui était marié à un alcoolique, un homme tout de même chaleureux, mais malheureux.

    Fernande, dont le mari s'est pendu, se suicidant à l'aide d'une corde.

    Fernande, qui a vu ses nombreux enfants s'éloigner, et ne plus donner de nouvelles.

    Fernande, qui est descendue dans la dépression, mais qui, à l'aide de ma grand mère, de ma mère, a su se relever.

    Une femme courageuse, pour qui la vie a été compliquée.

    J'aurai beaucoup aimé te connaître, Fernande, parce que d'après ce qu'on me dit, tu m'aurais beaucoup plu. Oui j'aurai voulu t'apporter un peu d'amour, comme l'ont fais mes proches, et parler avec toi autour d'un repas.

    Oui j'aurai aimé apprendre à te connaître, parce que tu étais une femme touchante. Et une femme forte.

     

    Aujourd'hui, j'avais envie d'écrire sur les souvenirs, tant que je les avais à porté, pour ne pas oublier la personne qu'elle était.

    Qu'en pensez vous ?

    Sasha


  • Commentaires

    1
    Dimanche 11 Septembre 2016 à 04:45

    Je pense que c'est sincèrement touchant !  Cette femme j'aurais aimé la connaître aussi et lui apporter l'amour d'une petite fille même si aucun lien génétique n'aurait été prouvé 

      • Dimanche 11 Septembre 2016 à 05:32

        Voilà c'est axactement ce que je ressens. Peu importe qu'elle fasse sa vaisselle dans la même eau que celle où elle faisait bouillir les couches culottes, ça m'aurait beaucoup plus de faire briller du bonheur dans ses yeux. C'était une femme courageuse, parce que personnellement, je penses que je ne pourrai pas supporter la pendaison de quelqu'un qui m'est cher.

        Je l'aime beaucoup, je m'accroché à ses souvenirs pour essayer de la connaître. C'est difficile, mais j'y arrive au fil des années où j'en entend parler. La je sortais juste d'un repas ou elle avait été évoquée au moins une demi heure, alors j'ai tout de suite voulu l'écrire pour ne pas oublier !

      • Dimanche 11 Septembre 2016 à 18:45

        C'est beau... Un peu comme un devoir de mémoire !

      • Dimanche 11 Septembre 2016 à 20:29

        Merci en tout cas ! Je regrettes de ne pas la connaître plus.. ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :